La Creuse Agricole 09 octobre 2014 à 08h00 | Par Dr Didier Guérin

La paratuberculose, mieux la connaître pour mieux agir

Paratuberculose bovine En raison de son impact économique grandissant, mieux connaître cette pathologie peut s’avérer utile pour adapter la prévention et la lutte contre cette maladie au sein de votre élevage.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La contagion se fait essentiellement à partir du milieu contaminé. Les matières fécales représentent la source essentielle de bacilles. Les veaux, principales cibles de l’infection, se contaminent essentiellement par l’intermédiaire de la mamelle souillée de leur mère. Les veaux peuvent aussi se contaminer à partir du colostrum et du lait directement contaminés de leur mère ou in utero. 20 à 40 % des fœtus de vaches malades sont infectés in utero, 8,6 % de ceux des infectées asymptomatiques.
La contagion se fait essentiellement à partir du milieu contaminé. Les matières fécales représentent la source essentielle de bacilles. Les veaux, principales cibles de l’infection, se contaminent essentiellement par l’intermédiaire de la mamelle souillée de leur mère. Les veaux peuvent aussi se contaminer à partir du colostrum et du lait directement contaminés de leur mère ou in utero. 20 à 40 % des fœtus de vaches malades sont infectés in utero, 8,6 % de ceux des infectées asymptomatiques. - © GDS Creuse

La paratuberculose bovine est largement répandue en France, aussi bien dans des élevages laitiers qu’allaitants avec d’importantes conséquences économiques. Les pertes sont directes (mortalité, euthanasie des malades, baisses de production) et indirectes (non-accès à certains débouchés).

Un impact économique accru
Depuis la suppression de l’abattage d’urgence pour maladie et l’interdiction d’introduction d’un animal malade en abattoir, l’impact de la paratuberculose clinique est augmenté. Dès qu’un bovin présente des signes de paratuberculose, sa destination sera l’équarrissage. Aux pertes de production, s’ajoute donc, dès le début des signes cliniques, la perte totale de l’animal. Ceci explique l’augmentation de votre vigilance, de vos besoins en matière de plans d’assainissement et de vos demandes de garanties vis à vis de cette maladie.

Un germe à localisation intestinale, à développement lent, une maladie insidieuse
La paratuberculose bovine est due à la multiplication dans la paroi de l’intestin d’une mycobactérie : Mycobacterium paratuberculosis. Dans sa forme classique, elle présente une évolution chronique avec l’absence d’atteinte générale fiévreuse et une atteinte intestinale dont résultent les symptômes (amaigrissement progressif avec vilain poil, mais appétit conservé, ramollissement des bouses puis diarrhée liquide incurable) conduisant à une cachexie extrême et la mort. Des formes frustes, fréquentes dans des élevages bien gérés, permettent un développement insidieux de l’infection. Dans un cheptel infecté, 4 groupes d’animaux peuvent être identifiés : les non-infectés, les infectés asymptomatiques non-excréteurs, les infectés asymptomatiques excréteurs de bacilles dans les fèces et les infectés excréteurs (phase clinique). La maladie s’exprime chez un faible nombre d’individus (3 à 5 % des animaux par an, voire moins). Ce sont les élevages laitiers qui sont les plus atteints de paratuberculose clinique. L’infection asymptomatique est dix à vingt fois plus fréquente, aboutissant à l’apparition de la maladie après quelques mois à de nombreuses années.

Un germe très résistant
Une des caractéristiques essentielles de M. paratuberculosis est sa grande résistance. Il résiste particulièrement bien au froid humide, persistant dans des pâtures humides ou des mares de nombreux mois après l’abandon de celles-ci par les animaux excréteurs. La résistance du bacille est moindre dans les sols à teneur élevée en calcium, de même qu’en sol basique. Dans les matières fécales, il peut résister onze mois. Le bacille paratuberculeux est par contre sensible aux désinfectants. Il est également sensible aux rayons UV, au dessèchement, ainsi qu’à la chaleur.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Creuse Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

La Creuse Agricole
La couverture du journal La Creuse Agricole n°2097 | août 2016

Dernier numéro
N° 2097 | août 2016

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui