La Creuse Agricole 14 mai 2014 à 08h00 | Par A.M.

Végétaux - L’ambroisie, une plante exotique envahissante…

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © CDA 23

L’ambroisie à feuille d’armoise – Ambrosia artemisiifolia – est une plante rudérale qui apprécie les terrains nus perturbés, les grèves et les friches herbacées. Cette espèce pionnière et opportuniste ne supporte pas la concurrence d’une végétation dense comme les prairies permanentes.
Cette plante exotique envahissante, a été introduite accidentellement dans les années 1860, dans le département de l’Allier,  avec un lot de semences fourragères en provenance d’Amérique du Nord. Dans les années 1950, elle se déploie massivement sur les plaines céréalières de la région Rhône-Alpes, par dispersion de ses graines et le transport de terres contaminées, utilisées lors des grands travaux d’aménagement du territoire.

Allergisante
Chaque année l’ambroisie produit des milliers de grains de pollen allergisants pour 6 à 12 de la population exposée, tous âges confondus. Les allergies provoquées par son pollen sont les plus tardives : elles commencent en général vers la fin juillet et peuvent se prolonger jusqu’en octobre, avec un maximum d’intensité en septembre.
Il suffit de 5 grains de pollen par mètre cube d’air pour que les symptômes  apparaissent !
Les plus courants sont de même nature que le rhume des foins :
– Rhinite : nez qui pique, qui coule et ou éternuements.
– Conjonctivite : yeux sont rouges, gonflés, larmoyants…
– Trachéite : toux sèche
– Urticaire, eczéma : atteintes cutanées (rougeurs, boutons, démangeaisons).
– Crise d’asthme : difficulté à respirer voire parfois très grave chez les personnes sensibles.
L’ambroisie est une plante annuelle invasive qui se développe dès le printemps dans les milieux à faible compétition.
La lutte préventive est indispensable pour limiter son développement :
– Ne pas attendre pour lutter contre l’ambroisie, agir dès la première tâche.
– Nettoyer les talus, chemins, fossés adjacents aux parcelles.
– Surveiller les jachères et les friches.
– Accentuer la lutte dans les parcelles connues pour être touchées.
– La dissémination des graines étant assurée par l’activité humaine, nettoyer le matériel de récolte pour éviter les contaminations inter parcellaires.

 

[...]

La suite est à lire dans la Creuse agricole et rurale du 9 mai 2014.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Creuse Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

La Creuse Agricole
La couverture du journal La Creuse Agricole n°2097 | août 2016

Dernier numéro
N° 2097 | août 2016

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui