La Creuse Agricole 28 octobre 2017 à 08h00 | Par P. Dumont

Un bilan d’étape prometteur

En juin 2016, la Fédération nationale bovine (FNB) et JA lançaient « Cœur de gamme ». Rebaptisée depuis « Éleveur & Engagé », la démarche a pris ses marques sur le territoire national comme en ont témoigné les porteurs du projet dans une conférence de presse à Paris le 17 octobre dernier.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
De gauche à droite : Bruno Dufayet, président de la Fédération national bovine, Serge Papin, PDG de Système U, et Jérémy Decerle, président de Jeunes Agriculteurs.
De gauche à droite : Bruno Dufayet, président de la Fédération national bovine, Serge Papin, PDG de Système U, et Jérémy Decerle, président de Jeunes Agriculteurs. - © Actuagri

Les récents travaux des États généraux de l’alimentation ont mis en lumière la question de la répartition de la valeur ajoutée entre producteurs et distributeurs. Des démarches vertueuses existent pourtant, comme celle initiée par la FNB et les JA il y a un peu plus d’un an. Saluée par le président de la République lors de son intervention du 11 octobre à Rungis, Éleveur & Engagé semble avoir permis d’apaiser les relations entre les éleveurs et les distributeurs prenant part à l’action. C’est d’ailleurs ensemble qu’ils ont fait le point sur l’avancée de leurs travaux la semaine passée. Jérémy Decerle, président de JA, Bruno Dufayet, président de la FNB et Serge Papin, PDG de Système U ont rappelé le principe de base du projet : bâtir une nouvelle relation commerciale plus équitable pour tous. En filigrane de la démarche apparaît également la volonté de fournir aux consommateurs un produit de qualité. Concrètement, les enseignes engagées dans la démarche* achètent les animaux à un prix couvrant les coûts de production. De son côté, l’éleveur doit adhérer à la Charte des bonnes pratiques d’élevage et s’engager sur la qualité des animaux fournis. Autre élément important : la maturation de la viande qui doit être de 10 jours minimum, durée égale à celle pratiquée pour les viandes sous label. Dans les magasins, le consommateur peut reconnaître les viandes proposées grâce à un logo. À ce jour, les porteurs du projet estiment à 5 500, le nombre mensuel d’animaux qui s’insèrent dans cette démarche. Un chiffre prometteur mais Éleveur & Engagé n’a pas encore atteint son rythme de croisière fixé il y a un an à plus de 20 000 animaux par mois. La plus-value pour les éleveurs engagés a quant à elle été estimée entre 0,7 et 1 euro supplémentaire au kilo. En Nouvelle-Aquitaine, sur le seul mois de septembre et pour le seul distributeur Système U, 165 animaux sont ainsi entrés dans la démarche et ont été envoyés vers une quarantaine de points de vente.

* sept des neuf grandes enseignes de distribution françaises se sont engagées dans la démarche : Système U, Auchan, Casino, Carrefour, Leclerc, Lidl et Intermarché.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Creuse Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

La Creuse Agricole
La couverture du journal La Creuse Agricole n°2173 | février 2018

Dernier numéro
N° 2173 | février 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui