La Creuse Agricole 05 février 2015 à 08h00 | Par Dr Didier Guérin

Sensibilisation fièvre aphteuse en 2015

Pour 2015, la visite sanitaire obligatoire en élevage bovin porte sur la fièvre aphteuse. Une visite en élevage porcin est en cours de mise en place avec comme thématique la biosécurité et la maîtrise du risque « trichine ».

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Vue l’évolution de la fièvre aphteuse dans le monde et dans certains pays méditerranéens, notamment l’épisode nord-africain qui n’apparaît que partiellement sur cette carte (Algérie concernée en juillet), la visite sanitaire bovine 2015 sera orientée vers cette maladie.
Vue l’évolution de la fièvre aphteuse dans le monde et dans certains pays méditerranéens, notamment l’épisode nord-africain qui n’apparaît que partiellement sur cette carte (Algérie concernée en juillet), la visite sanitaire bovine 2015 sera orientée vers cette maladie. - © DGAL/SDSPA

Dans le cadre du passage d’un système d’éradication vers une épidémiosurveillance, l’État, par arrêté du 24 janvier 2005, a décidé l’instauration d’une visite annuelle obligatoire dans chaque élevage pour surveiller et prévenir les risques sanitaires. Des espèces bovine et avicole déjà concernées, elle va s’étendre aux porcins. Rappelons que cette visite obligatoire, réalisée par le vétérinaire sanitaire de l’élevage, conduite sur la base d’un formulaire, est rémunérée par l’État.

Une visite sanitaire obligatoire dans tout élevage bovin, après les avortements en 2014, la fièvre aphteuse en 2015
Tous les élevages bovins sont concernés par cette visite sanitaire obligatoire, quelle que soit leur taille, sauf les centres d’insémination artificielle et les ateliers d’engraissement. En 2014, la sensibilisation a porté sur les avortements. Nous avons pu observer une augmentation des déclarations d’avortements avec une utilisation plus importante de notre kit diagnostic et un taux d’élucidation amélioré (cf. articles des 14/02/2014 et 07/11/2014).
Vue la présence de fièvre aphteuse dans certains pays méditerranéens et son impact (cf. encadré), en accord avec les organisations professionnelles vétérinaires et agricoles, la plateforme d’épidémiosurveillance en santé animale et l’Anses-Lyon, la thématique adoptée pour 2015 porte sur la fièvre aphteuse. L’objectif est de vous sensibiliser sur la déclaration précoce des suspicions de fièvre aphteuse.

Un questionnaire et une fiche de sensibilisation
Un questionnaire d’échanges abordant les principaux éléments relatifs à la fièvre aphteuse sera à remplir lors d’une rencontre avec votre vétérinaire sanitaire avant le 31 décembre 2015. Ce formulaire d’enquête cosigné par vous-même et votre vétérinaire est à conserver cinq ans dans votre registre d’élevage. Une copie est conservée par votre vétérinaire qui assure la saisie informatique sécurisée et anonymée. Une fiche de sensibilisation, remise et commentée par votre vétérinaire, présente la maladie, ses principales caractéristiques, ses risques d’introduction, l’importance de sa détection précoce en relation avec son extrême contagiosité et le plan d’action mis en place en cas de suspicion. Les vétérinaires apportent leur contribution à travers un questionnaire spécifique.

Une (re)sensibilisation sur la fièvre aphteuse et un rappel des signes d’alerte
L’objectif de cette visite est de vous (re)sensibiliser vis à vis de la fièvre aphteuse, de vous redonner les signes d’alerte et de vous amener à déclarer sans délai à votre vétérinaire tout symptôme pouvant faire suspecter de la fièvre aphteuse. Certaines questions ont pour but d’évaluer votre sensibilisation et votre connaissance de la maladie. Cela permettra d’orienter de futures campagnes de sensibilisation et d’évaluer leur impact. Une des questions vise à identifier vos freins à la déclaration dans le but de mieux les prendre en compte. Vous pouvez retrouver l’instruction technique avec ses annexes à l’adresse suivante : https://info.agriculture.gouv.fr/gedei/site/bo-agri/instruction-2014-1041.

Un rendez-vous incontournable de notre concept « Le sanitaire… J’adhère ! »
Articulée avec le bilan sanitaire annuel nécessaire à la prescription sans examen clinique, cela participe au développement de l’approche sanitaire globale de votre troupeau, base de notre concept « Le sanitaire… J’adhère ! ». Pour tout renseignement complémentaire n’hésitez pas à contacter votre vétérinaire sanitaire, la DDCSPP ou GDS Creuse ou à venir nous rencontrer à notre prochaine journée « portes ouvertes » du 14 mars.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Creuse Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

La Creuse Agricole
La couverture du journal La Creuse Agricole n°2094 | juillet 2016

Dernier numéro
N° 2094 | juillet 2016

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui