La Creuse Agricole 02 juin 2014 à 11h24 | Par HC

Santé - Une heure pour sauver sa peau

Le jeudi 22 mai, le Syndicat national des dermatologues-vénéréologues organisait une journée de prévention du cancer de la peau.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
De la documentation est remise lors de la visite. Les grains de beauté suspects sont photographiés et les images transmises à un dermatologue pour second avis.
De la documentation est remise lors de la visite. Les grains de beauté suspects sont photographiés et les images transmises à un dermatologue pour second avis. - © HC

En Creuse, la journée de prévention et de dépistage des cancers de la peau était pilotée par la MSA du Limousin à Felletin. La MSA a en effet fait le choix de se rapprocher d’une zone géographique où se déplacer pour consulter un spécialiste n’est pas toujours une chose facile. La particularité de cette antenne de dépistage est qu’elle ne disposait pas de dermatologue, comme une quinzaine d’autres en France. Le médecin prévention de la MSA du Limousin présent sur place a toutefois été spécialement formé pour la détection des lésions suspectes. J’ai donc décidé de faire le dépistage pour voir comment il se déroule, ça ne fait pas de mal.

J’ai testé pour vous
À mon arrivée, je suis rapidement prise en charge par l’accueil : le test a beau être anonyme, il faut donner quelques autorisations et éléments qui intéresseront le médecin après. Je signe donc un document qui explique le déroulement de ma visite et autorise le médecin à envoyer les clichés qu’il fera de ma peau à un spécialiste qui les analysera. On me remet quelques documents qui expliquent les différents types de peau, comment la protéger, ou comment surveiller sa peau.
Le médecin me prend ensuite en charge, après m’avoir demandé mes antécédents, mes expériences de coups de soleil ou encore mon âge, il m’examine sous toutes les coutures. Je suis couverte de grain de beauté, mais le médecin à l’œil et voit rapidement ceux qui ne présentent pas de danger. En revanche il s’arrête plus longuement sur ceux qui sont « différents ». Couleurs variées, bords irréguliers, grande taille mettent la puce à l’oreille. Je lui indique également ces petits trucs dont j’ai remarqué des évolutions. Il me désigne le « molluscum pendulum », ce grain de beauté a la particularité d’avoir un relief très marqué, en forme de tétine. Ce n’est rien du tout, mais si son emplacement est gênant il vaut mieux le faire retirer. Le médecin passe ensuite à la prise en photo des lésions qui l’ont fait douter. Pour chaque tache suspecte, le médecin prend deux clichés. À l’aide d’un smartphone, il commence par prendre une photo qui correspond à ce que l’on voit à l’œil nu, il utilise ensuite un dermoscope pour éclairer et grossir le grain de beauté. La différence est flagrante : mon grain de beauté noir, que je croyais uniforme et bien délimité à l’œil, s’avère irrégulier dans son contour et sa couleur. Les deux clichés sont ensuite envoyés par mail aux spécialistes basés à la caisse centrale, accompagnés de certains éléments, comme mes antécédents, la période d’apparition ou mon âge.

 

[...]

La suite est à lire dans la Creuse agricole et rurale du 30 mai 2014.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Creuse Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

La Creuse Agricole
La couverture du journal La Creuse Agricole n°2090 | juin 2016

Dernier numéro
N° 2090 | juin 2016

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS
Les brèves
Prochaine brève

6 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui