La Creuse Agricole 25 août 2013 à 00h00 | Par Mélodie Brut

Réforme PAC - Après les réactions, les éleveurs attendent les actions

« Les éleveurs de races à viandes du Grand Massif central » appellent à la cohésion au sein de la famille élevage pour faire appliquer les directives en faveur de la production.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les responsables des sections bovins viande du Massif central se sont réunis pour débattre des réformes de la Pac.
Les responsables des sections bovins viande du Massif central se sont réunis pour débattre des réformes de la Pac. - © La Creuse agricole et rurale

Le 31 juillet dernier, « les éleveurs de races à viandes du Grand Massif central » ont appelé l’État français à agir en faveur de l’élevage en appliquant les réformes de la PAC. Patrick Bénézit, président de la section, a souligné l’importance du maintien des ICHN et de la PMTVA mais aussi la réévaluation des conditions du verdissement.
Accompagnés de Yannick Fialip, président de la section régionale laitière, et de Jacques Chazalet, président de la FRSEA Massif central, les trois responsables se montrent unis dans ce même combat.
Des mesures conservatrices
« On ne peut pas courir le 100 mètres en montagne à la même allure qu’en plaine » déclare Patrick Bénézit. La formule suffit à résumer le rôle des ICHN, dont les plafonds communautaires sont fixés à 450 euros en zones de montagne et 250 euros en zones de piémont et défavorisées. Des aides indispensables aux éleveurs et surtout aux producteurs laitiers comme l’explique Yannick Fialip. « Depuis 5 ans, les producteurs laitiers ont un revenu annuel inférieur à 20 000 euros. Si les ICHN sont réduites ou disparaissent, ce sera le coup de massue de trop. Nous risquons alors d’avoir une désertification de l’élevage laitier dans les zones de montagne et une concentration en plaine ». Des zones de montagnes alors désertées et qui ne seraient sauvées, selon les trois responsables, par aucune autre profession. « Les ICHN sont primordiales pour maintenir les élevages dans ces zones et la dynamique du territoire. Les éleveurs allaitants ont besoin des laitiers et inversement » commente Patrick Bénézit. Les représentants de l’élevage du Grand massif défendent aussi le maintien de la PMTVA. Cette aide couplée de 250 euros est un soutien essentiel à la profession, aujourd’hui malmenée par la concurrence et les contraintes administratives, d’après le président des éleveurs allaitant. « Le coût des intrants a explosé. Cela va faire six ans que les éleveurs allaitants du Massif central sont en difficulté. Malheureusement, nous sommes encore et toujours la compensation verte de la France. En nous interdisant de retourner 95 % de nos prairies, jusqu’en 2020, nous sommes privés d’une production économiquement durable. De plus, nous polluerions moins en produisant une tonne de paille sur notre exploitation qu’en la faisant venir de la Marne ! »

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Creuse Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

La Creuse Agricole
La couverture du journal La Creuse Agricole n°2096 | août 2016

Dernier numéro
N° 2096 | août 2016

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui