La Creuse Agricole 11 mars 2017 à 08h00 | Par Sophie Chatenet

Les rustiques à la conquête du Sud

Ambassadeur des races rustiques des massifs, Rom Sélection a profité du salon pour annoncer une bonne nouvelle : l’export vers l’Iran d’un lot de brebis et de béliers. Et ce n’est qu’un début.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Olivier Bernard est éleveur en Haute-Loire. Il est le chef de file de la race noire du Velay.
Olivier Bernard est éleveur en Haute-Loire. Il est le chef de file de la race noire du Velay. - © SC

Nouveau décor et nouvelle présentation animale, pour le Coram pour l’édition 2017 du Salon de l’Agriculture. Inconditionnel de l’événement, le collectif des races ovines des Massif a misé sur le professionnalisme et la modernité. Outre les présentations classiques de trente-quatre spécimens, un exemple familial complet de la race blanche du Massif central : des béliers, des brebis et une dizaine d’agneaux finis, a été mis en avant. De l’inédit au SIA ! Autre innovation : l’affichage d’un « QR Code » sur chaque case, permettant aux visiteurs de tout connaître sur les animaux présents.

L’Iran
Enfin c’est au Salon, que le président de Rom sélection, Jean-Luc Chauvel a annoncé l’envoi d’un lot de brebis et de béliers en Iran, le 27 février. La négociation a abouti à force de pugnacité, et parce que l’Iran, confronté à une importante sécheresse, est à la recherche de génétique qui produit, autrement dit garder le même volume de production tout en diminuant le nombre de têtes. Avec 70 millions de têtes, l’enjeu est de taille. L’organisme poursuit donc sa stratégie de conquête de nouveaux marchés à l’international avec des résultats et des perspectives, comme en témoigne, François Tahon, directeur de Rom Sélection : « Nous avons des perspectives sur d’autres pays, notamment du côté du Maghreb ».

Productivité
Déjà présentes en Europe (Bulgarie, Pologne, Belgique, Roumanie), les races rustiques ne manquent pas d’atouts pour séduire les éleveurs étrangers. Olivier Bernard, président de la race noire du Velay en est convaincu : « Nos brebis sont très productives. Elles peuvent avoir des agneaux toute l’année tout en se contentant d’une alimentation sommaire ». Facilité d’agnelage, qualités maternelles, valorisation des parcours… sont des arguments de poids à l’heure où la plupart des éleveurs sont en quête d’autonomie.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Creuse Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

La Creuse Agricole
La couverture du journal La Creuse Agricole n°2151 | septembre 2017

Dernier numéro
N° 2151 | septembre 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui