La Creuse Agricole 21 décembre 2015 à 08h00 | Par S. Chatenet

« Les plus gros vont maigrir, les moins gros vont mourir »

Sur l’exploitation de Franck Rougier, éleveur à Orléat dans le Puy-de-Dôme, les responsables de la FNB ont redit, mardi, l’urgence d’une remontée des cours de l’ordre d’un euro du kilo.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La tournée régionale de la FNB est passée par le Massif central.
La tournée régionale de la FNB est passée par le Massif central. - © S. Chatenet

À force de faire et refaire ses comptes, Franck Rougier en est arrivé à l’inéluctable conclusion : cette année, il arrivera à peine à se sortir un SMIC. Une sentence qui malheureusement sera la même pour bon nombre d’éleveurs en cette nouvelle année noire pour l’élevage. Les investissements, n’en parlons même pas, ils sont évidemment à l’arrêt. Pourtant, l’exploitation de Franck, située du côté d’Orléat à l’est du Puy-de-Dôme, elle a somme toute « tout pour bien aller » : des investissements de départ loin d’être extravagants, un troupeau de charolais essentiellement engraissés dans différents circuits histoire de ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier, un travail sur la génétique relativement poussé pour améliorer les coûts de production, une recherche perpétuelle d’autonomie fourragère avec notamment la récupération de corn-flakes « déclassées » de l’usine thiernoise Brüggen.
Sauf que depuis plusieurs années l’élevage multiplie les tuiles. À force d’être fragilisé, le secteur pourrait bien faire sombrer dans son sillage de nombreuses exploitations y compris les plus performantes, comme celle de l’éleveur puydômois.
En 2015, les coups ont été particulièrement sévères. La sécheresse a d’abord amputé les stocks fourragers. « Je me suis battu tout l’été pour sauver mes maïs. J’ai fait au moins douze tours d’arrosage. Aujourd’hui, si on me dit que nous n’avons pas été touchés par la sécheresse et que nous ne sommes donc pas éligibles aux fonds de calamités, c’est que les gens ne sont pas sortis de leur bureau ! », témoigne l’éleveur dont l’exaspération est à la mesure du temps qu’il passe sur son exploitation pour lui assurer un avenir : immense.

Le juste prix, c’est possible
Aujourd’hui, l’achat de fourrages supplémentaires induit par la sécheresse va lui coûter 15 000 euros en plus. Des dépenses imprévues évidemment qui pourraient être plus facilement absorbées si les prix étaient au rendez-vous. Mais là-aussi, Franck Rougier déplore un manque à gagner de l’ordre de 30 000 euros : « Je vends 150 animaux de boucherie par an, qui en moyenne font 400 kg/carcasse. Il me manque un euro du kilo pour arriver à prendre en compte tous les coûts de production ». L’épisode FCO a finit de tendre les prix.
Mais l’éleveur concède qu’avec les animaux destinés aux bouchers et aux grossistes, il s’en sort, ce qui est loin d’être le cas pour les animaux destinés aux grandes surfaces.
Preuve que payer le prix des bêtes aux éleveurs à leur juste valeur c’est possible.
Non seulement c’est possible, mais c’est l’objectif syndical que c’est fixer la Fédération nationale bovine dans la feuille de route établie en juin dernier.
« En 15 ans, le prix de la viande à la consommation a augmenté de 62 %, les coûts de production des éleveurs de 58 %, et les prix payés aux producteurs de seulement 10 % », rappelle Jean-Pierre Fleury, président de la FNB. Pour lui comme pour les responsables syndicaux départementaux, l’éleveur ne peut plus être la variable d’ajustement d’un système à bout de souffle.

1 euro de plus
« Les engagements pris le 17 juin ne sont pas respectés. C’est ce qui a motivé les actions récentes de la FNB en direction des produits du groupe Bigard », explique Pierre Vaugarny, secrétaire général de la FNB. Aujourd’hui pour sortir de l’ornière, les responsables professionnels veulent opposer à la logique de minerais, seul dialecte entendu par l’aval, celui de la traçabilité et de la segmentation, seuls capables de générer de la valeur ajoutée.
« La filière s’obstine à vouloir transformer la viande issue du troupeau des races à viande en minerai. C’est une erreur, et c’est en cela que nous disons que la filière est incapable de générer de la valeur car nos races constituent une richesse. Les consommateurs sont demandeurs ».
Au rythme où va la crise et sans remontée sensible des cours, de l’ordre d’un euro du kilo, Jean-Pierre Fleury est pessimiste : « Sur les 80 000 exploitations d’élevage, 10 000 pourraient déposer le bilan d’ici la fin de l’année ». De son côté, Franck Rougier a sa théorie qui prêterait à sourire si les circonstances n’étaient pas si dramatiques : « Les plus gros vont maigrir, les moins gros vont mourir »…

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Creuse Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

La Creuse Agricole
La couverture du journal La Creuse Agricole n°2085 | mai 2016

Dernier numéro
N° 2085 | mai 2016

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS
Les brèves
Prochaine brève

6 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui