La Creuse Agricole 26 juin 2015 à 08h00 | Par A.M.

La filière s’engage sur les prix

À l’issue du blocage de 18 abattoirs pendant quatre jours, les éleveurs bovins ont arraché une revalorisation progressive des prix, lors de la table ronde du 17 juin qui a réuni l’ensemble de la filière bovine, sous l’égide du ministre de l’Agriculture.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Tous les départements du Massif central étaient représentés à Villefranche-d'Allier (Allier). (© MH)  © MH  © MH  © MH  © MH

La mobilisation syndicale a payé. Quatre jours après le blocage des abattoirs, la grande distribution et les industriels de la viande se sont engagés à revaloriser les prix aux producteurs. « La filière s’est engagée sur une revalorisation des prix de 5 ct par kilo par semaine tant que les coûts de production ne seront pas couverts », a assuré Jean-Pierre Fleury, le président de la Fédération nationale bovine, à l’issue de la table ronde qui a réuni l’ensemble des familles professionnelles de la filière autour du ministre de l’Agriculture, le 17 juin, à Paris. Cette avancée ayant été considérée comme satisfaisante par les quelques 4 000 éleveurs mobilisés sur les sites, les blocages des 18 abattoirs ont été levés dans la foulée. Entre les coûts de production estimés à 4,50 euros/kg et les prix de marchés à 3,70 euros/kg, le retour à une situation « normale », prendra donc quelques semaines. Interrogé à l’issue de la réunion, Gilles Gauthier, le nouveau président de la Fédération nationale des industries et du commerce en gros des viandes, a confirmé cet engagement. À condition bien entendu que les grandes surfaces jouent le jeu. De même que Dominique Langlois, le président d’Interbev qui a lui aussi souligné que « les GMS se sont également prononcées pour la revalorisation ». Tout en précisant que « les transformateurs étaient libres d’appliquer le niveau de hausse qu’ils souhaitaient », l’essentiel étant toutefois « que le dialogue soit renoué dans la filière ». Coop de France a également confirmé la répercussion des hausses des prix aux éleveurs.
Quelques instants plus tôt, le président de la FNSEA, Xavier Beulin, avait jugé « cette réunion positive », se félicitant « du signal fort sur les prix » qui a été donné.

Allégement des cotisations MSA
Quant au ministre de l’Agriculture, il s’est félicité de cet accord et de l’engagement de la filière sur « une remontée progressive des cours des bovins ». Il a également annoncé lors de la table-ronde un doublement de l’enveloppe MSA pour un allégement des cotisations MSA. Lors de la table ronde du 12 mai dernier, une première enveloppe de 3,5 millions d’euros avait été décidée pour le report ou l’effacement des cotisations MSA ainsi que 2 millions d’euros sur le fonds d’allégement des charges. Enfin et pour soutenir l’exportation de bétail et viandes bovines, le ministre s’est engagé sur la création d’une plate-forme d’exportation, « pour coordonner et répondre aux appels d’offre ». L’idée est d’associer pouvoirs publics et entreprises, notamment les PME, pour qu’elles puissent saisir les opportunités dès qu’elles se présentent. À l’image de ce qui se pratique dans de nombreux pays comme aux États-Unis, en Australie et en Irlande.
Côté filière, les grandes enseignes de la distribution ont promis d’étendre à l’ensemble des produits nationaux, le logo Viande de France qui donne la garantie au consommateur que la viande qu’il achète est issue d’animaux nés, élevés, abattus et transformés en France.
Sur le long terme, à la demande de la Fédération nationale bovine, l’interprofession viande va ouvrir de nouveaux chantiers susceptibles de conforter le maillon amont dans la filière. Le premier sur le steak haché avec la création d’un indicateur, le steak haché représentant « 50 % de la consommation de viande bovine », selon Jean-Pierre Fleury, le second sur l’amélioration de la qualité et la segmentation des marchés pour mieux valoriser les races à viande. Également au menu de l’interprofession, l’amélioration du système des cotations de la filière bovine et l’encadrement des promotions. Rendez-vous est pris « mi-juillet » pour « vérifier l’application des accords » a indiqué Stéphane Le Foll. En attendant, la FNB maintient la pression. « Nous avons pris acte des engagements, nous attendons des actes et nous mettons les GMS sous surveillance », a conclu Jean-Pierre Fleury.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Creuse Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

La Creuse Agricole
La couverture du journal La Creuse Agricole n°2086 | mai 2016

Dernier numéro
N° 2086 | mai 2016

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS
Les brèves
Prochaine brève

6 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui