La Creuse Agricole 04 novembre 2015 à 08h00 | Par Mélodie Comte

L’homéopathie, le partenaire indispensable

L’homéopathie, efficace et bon marché, accompagne les éleveurs sans pour autant supplanter les traitements usuels.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
L’homéopathie peut s’avérer particulièrement utile dans les vêlages potentiellement difficiles.
L’homéopathie peut s’avérer particulièrement utile dans les vêlages potentiellement difficiles. - © François d'Alteroche

Souvent qualifiée de placebo ou encore stigmatisée, l’homéopathie prend pourtant de plus en plus d’importance dans les soins vétérinaires. En préventif ou curatif, cette méthode alternative est utilisable sur de nombreuses pathologies quelles soient virales (troubles respiratoires…), traumatiques (boiteries, blessures…) ou physiologiques (délivrance, lactation…). Se posant comme un complément au soin des animaux, son utilisation ne remet pas en cause les approches vétérinaires conventionnelles et les traitements usuels.
Lors d’une conférence sur le sujet à l’occasion du Sommet de l’élevage, le Dr Marie-Noël Issautier, vétérinaire expert en homéopathie a balayé les idées reçues. « L’homéopathie est bon marché et contrairement à ce qui est dit, très facile d’utilisation. Ces médicaments peuvent être utilisés par tous les éleveurs de ruminants, quelles que soient la taille de leur élevage et leur production. L’homéopathie est efficace, non toxique et sans résidu. »

Un médicament comme les autres
On dit souvent : « l’homéopathie ce n’est que des plantes ». Une affirmation mal fondée puisqu’en réalité, les médicaments homéopathiques sont composés certes de substances végétales (arnica, belladona, cactus…) mais aussi animales (cœur ou foie de canard, tissu musculaire de porc…) et minérales (silice, arsenic…) ayant toutes une vertu particulière. Ces substances actives sont ensuite diluées au dixième (DH) voire au centième (CH) à travers plusieurs procédés. Résultat, les médicaments homéopathiques ne contiennent qu’une quantité infime voire infinitésimale de substance qui va tout de même agir sur la régulation cellulaire de l’animal. « L’homéopathie va aider l’animal à s’adapter aux différentes attaques. Le plus souvent, on va booster le système immunitaire afin que l’individu se défende seul et diminuer ainsi la charge médicamenteuse et donc les frais vétérinaires. L’homéopathie peut aussi préparer l’animal à un futur état physiologique comme la mise bas en régulant les contractions ou dilatant le col » explique Marie-Noël Issautier.

Stimuler les mécanismes naturels
Les médicaments homéopathiques peuvent être utilisés dans bon nombre de pathologies mais se révèlent particulièrement efficaces sur certaines d’entre elles. Lors de la mise bas, par exemple, l’emploi systématique de ces produits est conseillé pour les animaux ayant eu un vêlage précédent difficile, pour les naissances gémellaires ou encore les primipares. « Un certain médicament homéopathique, contenant plusieurs substances, va faciliter la mise bas notamment en régulant les contractions. Il diminue aussi la douleur de l’animal, stimule l’activité cardiaque et développe l’instinct de survie. Au final, l’éleveur aura une mère en meilleure forme et plus apte à s’occuper de son petit. »
L’homéopathie stimulant des mécanismes et défenses naturels, un fait que Marie-Noël Issautier ne cesse de répéter aux éleveurs pour les convaincre des bienfaits de cette médecine. Elle précise tout de même qu’il ne s’agit pas de produits miracles. « Une vache qui a un gros veau aura toujours besoin d’une césarienne même si vous lui donnez une cargaison d’homéopathie. »

Stop à la douleur
L’expert vétérinaire insiste également sur l’importance de ne pas laisser souffrir les animaux d’élevage. « La douleur affaiblit le système immunitaire de l’animal. Il faut arrêter de croire que la douleur d’un animal est différente de la notre. Quand nous avons mal quelque part, nous sommes fatigués, nous mangeons moins, dormons difficilement et diminuons notre activité physique. Chez les animaux, c’est pareil. L’homéopathie permet de combattre la douleur et ne change rien aux pratiques d’élevage. C’est un très bon complément à d’autres médicaments standards pour soigner son animal mais aussi prévenir d’autres pathologies et casser les résistances antibiotiques. »
De nombreux ouvrages ont été publiés sur le sujet et des formations à destination des éleveurs sont proposées par la Chambre d’agriculture du Puy-de-Dôme.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Creuse Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

La Creuse Agricole
La couverture du journal La Creuse Agricole n°2090 | juin 2016

Dernier numéro
N° 2090 | juin 2016

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui