La Creuse Agricole 02 octobre 2015 à 08h00 | Par Marien Bataille/Dr Didier Guérin

Fièvre catarrhale : vaccination et conditions de mouvements

La vaccination des animaux destinés aux échanges a débuté depuis ce lundi et les règles de mouvements s’assouplissent au sein des périmètres d’interdiction.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Lors de découverte d’un foyer, une zone réglementée est mise en place avec un périmètre d’interdiction (PI) de 20 km, une zone de protection (ZP) de 100 km et une zone de surveillance (ZS) de 150 km. Le zonage évolue chaque jeudi en fonction des résultats de la semaine. Cette carte correspond à la situation au 24 septembre. Elle est actualisée sur notre site à chaque modification.
Lors de découverte d’un foyer, une zone réglementée est mise en place avec un périmètre d’interdiction (PI) de 20 km, une zone de protection (ZP) de 100 km et une zone de surveillance (ZS) de 150 km. Le zonage évolue chaque jeudi en fonction des résultats de la semaine. Cette carte correspond à la situation au 24 septembre. Elle est actualisée sur notre site à chaque modification. - © DGAL

Depuis le 11 septembre, date de confirmation de la réémergence de la fièvre catarrhale sérotype 8 (BTV8) dans l’Allier, de nouveaux éléments sont intervenus dans la gestion de cette maladie.

Une surveillance programmée sur la totalité du territoire continental, des nouveaux foyers dans les départements déjà concernés
Une surveillance programmée en France continentale est organisée et financée par l’État. 60 élevages par région (soit 1 260 troupeaux) ont été sélectionnés aléatoirement par la DGAL pour un dépistage par PCR de 30 bovins par troupeau, soit près de 38 000 tests. L’objectif est d’avoir un état des lieux de la diffusion de la maladie avec des conclusions attendues pour début octobre. Au 24 septembre 2015, les résultats étaient parvenus pour 29 élevages et 900 bovins de six départements (03, 48, 55, 58, 63 et 82). Des résultats positifs ont été identifiés dans 11 élevages du Puy-de-Dôme et de l’Allier.

Un outil pour connaître le statut d’une commune
Un outil pour consulter le statut réglementaire d’une commune de France continentale a été développé par l’Anses sur la plateforme d’épidémiosurveillance en santé animale (Plate-forme ESA). Elle permet à chacun de connaître le statut d’une commune vis à vis du zonage (cf. encadré). Le zonage est actualisé chaque semaine, le jeudi, en fonction des résultats enregistrés dans la semaine. La Plate-forme ESA est actualisée en conséquence.

Une autorisation de la circulation des animaux dans le périmètre d’interdiction (PI)
Compte-tenu du nombre relativement important de troupeaux positifs parmi ceux testés au sein du périmètre d’interdiction (PI) et de l’agrandissement de cette zone, la circulation et les rassemblements des ruminants domestiques ont été autorisés dans le PI. La sortie n’est possible qu’à destination d’un abattage immédiat. Les mouvements d’entrée d’animaux dans le PI sont réalisables, les animaux concernés ont, dès leur entrée dans le PI, le même statut que ceux qui y sont déjà présents.

Les autres mouvements depuis une Zone Réglementée (ZR)
Les ruminants domestiques peuvent circuler librement au sein des ZR de même statut. Les animaux peuvent aller librement de la zone de surveillance (ZS) vers la zone de protection (ZP). Les animaux ne peuvent pas aller librement de ZP vers ZS. Pour ce type de mouvement, les animaux doivent justifier d’un dépistage PCR avec résultat négatif, à la charge du détenteur, réalisé après 14 jours de protection contre les vecteurs et le départ des animaux dans les 7 jours suivants. Pour toute demande spécifique concernant un mouvement, contacter votre vétérinaire, votre GDS ou la DDCSPP.

Une vaccination pour la gestion de l’urgence
Selon les besoins des éleveurs, les animaux prioritaires à vacciner sont les suivants :
- Ruminants détenus dans les élevages sous Arrêté Préfectoral Portant Déclaration d’Infection (APDI). La levée de l’APDI est conditionnée à la vaccination du troupeau et permet la suppression du périmètre d‘interdiction.
- Bovins de 6 à 16 mois destinés à être exportés pour le maintien des principaux flux commerciaux.
- Ruminants (ovins, caprins, bovins) détenus dans les centres d’insémination, les stations de testage et les stations de contrôle individuel.
Le nombre de doses mis à disposition de la Creuse devrait être suffisant pour vacciner l’ensemble des animaux prioritaires tels que définis ci-dessus. La vaccination a débuté ce lundi 28 septembre.

Une répartition équitable des doses
Pour assurer une répartition équitable des doses disponibles, chaque exploitation s’est vue attribuer un nombre de doses en fonction de son historique d’export 2014-2015. Des doses supplémentaires constituant une « fraction de réserve » ont été attribuées à chaque département, permettant à la DDCSPP de réattribuer des doses à une exploitation qui en aurait besoin. Si votre dotation ne correspond pas à vos besoins (trop ou pas assez de doses), indiquez-le à votre vétérinaire sanitaire, il en informera la DDCSPP.

Un délai de départ de 10 jours après la vaccination dans le cadre des protocoles négociés
La vaccination est réalisée par le vétérinaire sanitaire de l’exploitation. Le délai entre la première et la 2e injection est de 21 jours. L’éligibilité au départ est de 10 jours après la deuxième injection dans le cadre des protocoles négociés, au lieu des 35 jours avec PCR ou 60 jours dans le cadre UE standard.
L’État prend en charge la vaccination (vaccin, vacation et acte vaccinal). Les éleveurs qui le souhaitent peuvent faire procéder à la vaccination de leurs animaux en plusieurs fois mais l’État ne prend en charge que deux visites par exploitation (1er et 2e passages pour les 2 injections de la primovaccination).
À l’issue de la 2e injection de la primovaccination, les vétérinaires tamponnent les passeports des bovins vaccinés et remplissent le document d’accompagnement de la vaccination (DAV). Une copie du DAV, à insérer dans le carnet sanitaire, est fournie par le vétérinaire à l’éleveur. Pour tout renseignement complémentaire, contactez votre vétérinaire sanitaire, la DDCSPP ou GDS Creuse.

Le Sommet de l’élevage sans bovins
Jacques Chazalet, président du Sommet de l’Elevage, a indiqué : « Les fortes contraintes sanitaires qui s’imposent cette année tant à l’organisation du Sommet qu’à de très nombreux éleveurs du Massif Central, nous amènent à renoncer aux concours et présentations en races bovines pour cette édition 2015 ; en effet, le positionnement de Cournon en périmètre interdit réduit de façon drastique la zone de recrutement ce qui ne permet pas d’avoir, en bovins, les concours et présentations qui font de Sommet de l’élevage un rendez-vous de prestige au plan national et international. Seront présents les ovins car leur recrutement est pour l’essentiel « local » et les chevaux car cette dernière espèce n’est pas touchée par la fièvre catarrhale ovine ».

Une information au fur et à mesure des renseignements disponibles
Cet article fait un point de situation en fonction des renseignements disponibles ce mardi 29 septembre. Le zonage évolue le jeudi, les résultats de la surveillance programmée vont être disponibles, la réglementation va évoluer... Face à cette situation mouvante, nous essayons de vous tenir informés dès la validation des renseignements disponibles grâce aux outils suivants : notre site www.gdscreuse.fr, nos SMS et nos lettres d’information.

Vous trouverez les actualités concernant la fièvre catarrhale sur les sites internet :
• De votre GDS : www.gdscreuse.fr. Nous l’actualisons dès la validation officielle des renseignements disponibles.
• De la Préfecture de la Creuse : www.creuse.gouv.fr. Vous retrouverez les communiqués de presse de la Préfecture et d’autres informations en relation avec les étapes clés de la gestion de cette maladie.
• Du Ministère de l’Agriculture : www.agriculture.gouv.fr pour les communiqués et les conférences de presse du ministre.
• De la plate-forme d’épidemiosurveillance ESA : www.plateforme-esa.fr pour l’évolution du zonage, le statut d’une commune vis à vis du zonage, l’explication de la maladie…
Pour tout renseignement complémentaire, n’hésitez pas à contacter votre vétérinaire sanitaire, votre GDS ou la DDCSPP au service Santé Animale.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Creuse Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

La Creuse Agricole
La couverture du journal La Creuse Agricole n°2091 | juillet 2016

Dernier numéro
N° 2091 | juillet 2016

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui