La Creuse Agricole 13 février 2013 à 08h54 | Par A.M.

Export - Levée de l’embargo japonais

Dès aujourd’hui, les exportateurs français peuvent demander leur agrément obligatoire pour l’export de viande bovine au Japon.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Après plus de dix années d’embargo survenu suite à la crise de l’ESB, le Japon a annoncé officiellement la reprise des importations de viande bovine française à partir d’aujourd’hui (1er février 2013). Une ouverture qui concerne pour l’instant les bovins d’origine française (nés, élevés et abattus en France) et de moins de 30 mois.
Dès à présent, les exportateurs français pourront ainsi vendre de la viande bovine sous réserve de disposer obligatoirement d’un agrément pour avoir l’autorisation d’exporter vers le Japon.
En effet, les autorités sanitaires japonaises ont donné pouvoir à leurs homologues pour délivrer un agrément aux établissements français souhaitant exporter. Ces derniers doivent pour cela respecter rigoureusement le cahier des charges réglementaire imposé par le Japon. Les services vétérinaires français devront contrôler la bonne mise en application de ce dernier.
Pour rappel, jusqu’à aujourd’hui, seuls les États-Unis et le Canada pouvaient envoyer de la viande bovine vers le Japon, mais issue uniquement d’animaux âgés de moins de 20 mois; la France est sous embargo depuis 2001.
En septembre 2012, un panel d’experts japonais a estimé que la consommation de viande bovine issue d’animaux de moins de 30 mois en provenance de France, des USA, du Canada et des Pays-Bas ne posait plus de problèmes de santé publique.
Cette décision fait suite à la venue en France d’experts vétérinaires japonais, afin de vérifier la qualité de la production française et de son système sanitaire en visitant différents sites d’abattage. À cette occasion, les institutions et les professionnels de la filière leur ont démontré que le système sanitaire français était à la hauteur des exigences japonaises en matière de maitrise des risques (traçabilité, gestion des MRS, absence d’hormone, etc.).
Dominique Langlois, président de l’Association nationale interprofessionnelle du bétail et des viandes (INTERBEV) s’est félicité de cette grande nouvelle pour la filière bovine française et son Interprofession qui depuis plusieurs années, entretient des échanges avec les autorités japonaises ainsi que les principaux acteurs de la filière viande en vue de faire aboutir ces négociations.
Plusieurs événements sont en préparation pour accompagner cette réouverture des frontières.
De la viande française sera proposée à la dégustation des visiteurs du Foodex à Tokyo du 5 au 8 mars prochains. Par ailleurs, le Groupement export France (GEF) se propose de donner une suite positive à la proposition de l’Ambassadeur de France à Tokyo qui a offert d’ouvrir les portes de sa résidence pour une manifestation courant mars.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Creuse Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

La Creuse Agricole
La couverture du journal La Creuse Agricole n°2095 | juillet 2016

Dernier numéro
N° 2095 | juillet 2016

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui