La Creuse Agricole 01 octobre 2013 à 11h42 | Par P. Dumont

Élevage - L’efficacité économique en élevage bovin

Malgré les difficultés économiques subies par l’élevage bovin, des exploitations parviennent à tirer leur épingle du jeu. Quelles sont-elles et comment font-elles ? Les réponses à ces questions étaient au cœur de la journée technique organisée par le Réseau d’Élevage Bovin Limousin (REBL) le 12 septembre dernier.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © La Creuse agricole et rurale

+7 % pour l’alimentation animale, +15 % pour les engrais, +6 % pour le carburant, les charges ont poursuivi leur ascension en 2012. Dans le même temps, les cours de la viande connaissaient une embellie sur le broutard (+12 %), le jeune bovin (+10 %) et la vache de boucherie (+12 %). Au final, même si la hausse des prix de vente est venue compenser celle des charges, les revenus agricoles ne sont pas parvenus à décoller. Si, sur l’année 2013, l’Institut de l’Élevage attend une hausse des revenus, il convient de rester prudent. De nombreux défis restent à relever. Parmi eux, maîtriser les coûts de production, augmenter la productivité ou trouver de nouvelles sources de valeur ajoutée via de nouveaux marchés par exemple. Après une matinée consacrée à ces défis, la centaine de participants se sont retrouvés sur l’exploitation de Bertrand Bousseau à Lathus-Saint-Rémy pour quatre ateliers. Une ferme « économiquement efficace » pour le REBL.

 

Mieux appréhender l’efficacité économique
Au printemps 2013, l’efficacité économique des exploitations a fait l’objet d’une étude menée sur 461 fermes en France. Vingt d’entre elles ont montré une forte efficacité économique, à savoir un EBE/produit brut d’exploit. >50 %, une rémunération permise >1,5 SMIC/UMO, un EBE/UMO >60 000 euros et une rotation du capital <5 ans. Si les profils des élevages sondés sont différents, ils ont aussi des points communs : une bonne productivité, des investissements adaptés aux besoins, une bonne efficacité des intrants et aussi, des exploitants épanouis dans leur métier. L’exploitation de Thierry Berton naisseur engraisseur à Saint-Yrieix-la-Perche fait partie des vingt fermes « exemplaires ». Invité à témoigner, il a présenté son exploitation et ses résultats. Autonome en fourrage, il adhère à une CUMA et fait des achats groupés d’engrais. En 2011, la productivité numérique de son troupeau était de 97 % et son travail lui permettait de dégager un revenu de 2,2 SMIC/UMO.

 

[...]

La suite est à lire dans la Creuse agricole et rurale du 27 septembre 2013.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Creuse Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

La Creuse Agricole
La couverture du journal La Creuse Agricole n°2112 | décembre 2016

Dernier numéro
N° 2112 | décembre 2016

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui