La Creuse Agricole 29 janvier 2015 à 08h00 | Par Aurélien Legrand/Dr Didier Guérin

Écornage : utiliser les techniques appropriées

L’évolution des effectifs des troupeaux et des méthodes d’élevage entraîne une utilisation plus fréquente de l’écornage pour des raisons de sécurité pour les intervenants et les animaux ainsi que pour le bien-être de l’animal.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Réaliser facilement et sans stress l’écornage des veaux nécessite de disposer d’une cage de contention veau (avec contention avant et arrière), d’une tondeuse et d’un écorneur thermique fournissant une température supérieure à 650 °C d’où la mise à disposition par Farago Creuse :
D’un kit « écornage veau » présentant ces différents éléments 
D’un service réalisé par des techniciens qualifiés équipé du kit « écornage veau » avec passage tous les mois.
Réaliser facilement et sans stress l’écornage des veaux nécessite de disposer d’une cage de contention veau (avec contention avant et arrière), d’une tondeuse et d’un écorneur thermique fournissant une température supérieure à 650 °C d’où la mise à disposition par Farago Creuse : D’un kit « écornage veau » présentant ces différents éléments D’un service réalisé par des techniciens qualifiés équipé du kit « écornage veau » avec passage tous les mois. - © GDS Creuse

L’écornage correspond à une pratique fréquente en élevage bovins, plus de 90 % en cheptels laitiers et plus de 2/3 en allaitants. Cette pratique est favorable d’une part au bien-être des animaux du fait de la réduction des risques de blessure lors de leur contact en liberté et d’autre part à votre sécurité et celle des autres intervenants. Il peut être réalisé sans engendrer de stress chez le bovin jeune ou adulte par l’emploi de techniques appropriées.

La stabulation libre impose des bovins sans cornes
Le comportement des animaux en stabulation libre change car leur surface de vie est plus restreinte. Au pâturage, du fait de l’espace disponible, chaque animal peut vivre dans une certaine quiétude. Dès la rentrée en bâtiment, le contexte devient différent. Les animaux se retrouvent en concurrence pour l’alimentation, l’abreuvement et le couchage. La dominance se fait respecter à coup de tête et… de cornes si elles sont présentes ! Les bovins peuvent présenter des lésions plus ou moins profondes : déchirures du cuir, hématomes, points de péritonite avec des symptômes ressemblant à ceux présents lors de corps étranger. La stabulation libre impose donc la présence de bovins sans cornes.

Une source de sécurité et de bien-être
L’écornage permet de limiter le danger pour les animaux mais aussi pour l’homme car l’agressivité d’un animal écorné diminue. Les animaux éprouvent moins le besoin de se défier. Cette pratique montre aussi des atouts en système plein-air. Les bovins à l’auge ou à proximité des râteliers présentent les mêmes caractéristiques dans leur comportement que ceux en stabulation. Les bovins sans cornes peuvent davantage s’aligner pour s’alimenter. Les performances et les résultats sont alors améliorés.

À quel âge écorner les animaux de son troupeau ?
La décision de l’âge d’intervention dépend du type d’installation, de la main d’œuvre disponible, du nombre d’animaux à écorner, de l’expérience des différentes techniques et de la demande du marché. L’écornage des veaux présente de nombreux avantages mais demande une intervention régulière au cours de la saison de vêlage et intéresse un nombre plus grand d’animaux. À l’inverse, un écornage après l’âge de 2 ans concerne souvent un nombre d’animaux plus restreint, limite les capacités d’adaptation vers d’autres moyens de défense pour l’animal, mais est plus traumatique. De plus, il ne permet pas le contrôle des problèmes pour les jeunes bovins (en particulier les taurillons).

 

[...]

La suite est à lire dans la Creuse agricole et rurale du 23 janvier 2015.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Creuse Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

La Creuse Agricole
La couverture du journal La Creuse Agricole n°2094 | juillet 2016

Dernier numéro
N° 2094 | juillet 2016

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui