La Creuse Agricole 30 mars 2016 à 08h00 | Par P. Dumont

De Masterchef au pôle de Lanaud, itinéraire d’une cuisinière

À quelques jours de l’ouverture officielle du « Lanaud », Anne Alassane et Michaël Roper, ses gérants, nous ont ouvert les portes du nouveau restaurant du Pôle de Lanaud. Un nouveau défi à relever pour la gagnante de la première saison de Masterchef et son compagnon.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Pôle de Lanaud

Tables à dresser, bar à installer, menus à imprimer, derniers détails à régler, l’effervescence est à son comble au Lanaud quelques jours avant son ouverture. Malgré ça, Anne Alassane semble sereine. Et pour cause, la chef n’en est pas à ses débuts. Originaire de Midi-Pyrénées, elle passe une partie de sa jeunesse en Afrique avant de racheter la ferme de ses grands parents près de Montauban pour y élever des montbéliardes croisées avec… des limousines. Rêvant d’ouvrir une ferme auberge, la cuisinière amatrice se porte candidate à la première édition de l’émission Masterchef et remporte la victoire. À la clé, 100 000 euros qui lui permettront d’ouvrir son restaurant Pays’Anne. En parallèle, elle anime depuis 2012 « Péché gourmand », une émission culinaire sur France 3 Limousin Poitou-Charentes. En 2015, elle devient chef de cuisine du restaurant Chez Olympe, toujours à Montauban, jusqu’à la réponse à l’appel d’offre du Pôle de Lanaud.

Anne Alassane, quelques jours avant l’ouverture du Lanaud, dans quel état d’esprit êtes-vous ?
Nous sommes très excités. C’est vraiment un gros défi à relever, un très beau projet. C’est aussi un projet un peu fou car il y a plusieurs restaurants en un. Outre le restaurant, nous serons aussi la « cantine » du personnel du Pôle et nous répondrons aux demandes de séminaire ou de mariage. Cela nécessite une grande adaptabilité.

Comment a commencé votre partenariat avec le Pôle de Lanaud ?
Tout s’est passé très vite mais parfois il est bon de ne pas trop réfléchir ! Lorsque Michaël a eu connaissance de l’appel d’offre du Pôle de Lanaud, nous avons foncé. Nous connaissions la région puisque je viens régulièrement à Limoges pour Péché gourmand et nous souhaitions monter un projet ensemble. Nous avons eu un vrai coup de cœur pour le site et pour le concept de Limousine Park. Pour la limousine aussi, bien sûr, que je connaissais déjà pour avoir élevé des veaux lourds croisés montbéliarde et limousine. Ce qui a fait la différence avec les autres candidats, c’est le fait que nous sommes deux chefs à mener le projet, je crois.

Quelle place avez-vous eu dans le choix des plats, de l’agencement du restaurant ?
Nous avons eu carte blanche ! Ceci étant, l’appel à projet était strict et nous devions expliquer très précisément vers quoi nous souhaitions aller. Pour « casser » l’espace de la salle, nous avons opté pour une grande table ouvrière de cinquante places. Ce sera très convivial, les nouveaux arrivants s’asseyant aux côtés de ceux déjà installés. Il y aura également des tables de deux, quatre ou six et un coin salon. Tables et bar sont en douglas du Limousin. L’été, nous aurons aussi quelques tables en terrasse. En moyenne, nous aurons une capacité de 120 couverts.

Votre histoire à l’un et à l’autre, les plats que vous réalisez sur France 3 sont un mélange de terroir et de produits plus exotiques, c’est essentiel pour vous ce mélange des genres ? Comment définiriez-vous votre cuisine ?
Michaël Roper (qui passe à ce moment là) : Je suis américain, Anne est française et très attachée à l’Afrique. La cuisine que nous faisons est à notre image. C’est vraiment nous.
Anne Alassane : Oui, c’est ça. Par exemple, nous servirons un hamburger très terroir avec un steak au couteau mais accompagné de frites de manioc. Nous proposerons aussi des glaces que nous fabriquerons avec du lait et de la crème de la région mais façon cheesecake. En fait, nous n’avons pas envie d’être mis dans des cases. Nous proposerons une carte qui évoluera en fonction des saisons ainsi qu’une ardoise chaque jour. Nous mettrons les races du Limousin au cœur de la carte, pas seulement le bœuf. Notre cuisine est une cuisine authentique et proche du terroir. Lanaud est un endroit magique qui ne laisse pas indifférent. Nous voulons que les gens se rappellent de ce qu’ils ont mangé, qu’ils aient envie de revenir, qu’ils aient passé un bon moment. Une bonne table c’est aussi ce qui rapproche les gens.

Vous êtes maman, animatrice télé, chef, dans chacun de ces rôles, qu’est ce qui vous motive, vous fait avancer ?
Je crois que le point commun dans tout ça, c’est l’envie et l’amour. J’ai un grand cœur, j’aime donner, je m’émerveille facilement. En fait, je suis une grande optimiste, c’est une chance dans la vie !

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Creuse Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

La Creuse Agricole
La couverture du journal La Creuse Agricole n°2091 | juillet 2016

Dernier numéro
N° 2091 | juillet 2016

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui