La Creuse Agricole 26 mai 2015 à 08h00 | Par Sophie Chatenet

Copagno veut voir plus haut

L’assemblée générale de la coopérative ovine Copagno s’est déroulée en début de semaine au Theil dans l’Allier.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Paul Bony et Henry Tamain, président et directeur de Copagno.
Paul Bony et Henry Tamain, président et directeur de Copagno. - © SC

Et si la filière ovine avait tourné la page des vaches maigres ? Les résultats économiques de ces dernières années corroborent en tout cas cette hypothèse. Il faut dire que le secteur était à la peine depuis plusieurs décennies. Longtemps parent pauvre de l’agriculture, la production ovine bénéficie aujourd’hui d’un contexte porteur avec des cours de marché qui se stabilise à de bons niveaux et une politique agricole commune relativement favorable. Acteur majeur de la production en Auvergne et dans ses pourtours, la coopérative Copagno¹ a décidé d’investir et de soutenir le développement de cette filière prometteuse.
Un service « développement » a vu le jour au sein de la coopérative fin 2014. Le but est de redynamiser la prospection de nouveaux porteurs de projets, sur le terrain, et de communiquer davantage auprès du public sur les atouts d’un atelier ovin. Des recherches de candidats pour la reprise d’exploitations ovines contrecarrant le fort taux de départ à la retraite dans les années à venir, est aussi un objectif de ce service. « Du pôle technique au pôle commercial, en passant par le service administratif et l’approvisionnement, l’ensemble de l’équipe Copagno s’engage à accompagner et à appuyer les nouveaux projets ovins, en complément de ses missions actuelles », résume Paul Bony, président de Copagno. Le chantier de l’appui technique reste aussi une priorité pour la coopérative.

Le défi de la productivité
« Les nouveaux montants de l’aide ovine et le lien à la professionnalisation de nos élevages, nous incitent à mieux raisonner notre production, et à la rendre plus efficace (diminution de la mortalité, renouvellement plus rapide de nos reproducteurs, alimentation des cheptels plus efficace…). Nous savons bien, malgré les différences d’approche technique liée à la diversité de nos exploitations ce qui contribue le plus à l’amélioration de notre revenu, c’est en premier lieu le nombre de kilos de viande ovine que nous sommes capables de mettre en marché avec le minimum d’intrants », explique le président. Si des marges de manœuvre existent, un accompagnement est nécessaire pour les faire émerger. C’est pour partie ce qui a motivé le choix de Copagno de maintenir une équipe technique efficace, tout en se désengageant du processus des aides FranceAgrimer en région. « Nous ne pouvions plus accepter de voir nos techniciens consacrer un temps toujours plus long à l’élaboration des dossiers administratifs, qui les éloignait de nos bergeries et ne nous garantissait plus un montant de subventions pérenne et suffisant », souligne Paul Bony.
Ce choix a impliqué une contractualisation directe entre la coop et l’éleveur pour le maintien d’un service jugé « indispensable ».


1. Copagno adhère au regroupement de coopératives Feder qui comprend Global (éleveurs bio en Bourgogne), Socaviac, Limousin Charolais Acor, Terre d’ovin, Axéréal et Dijon Céréales.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Creuse Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

La Creuse Agricole
La couverture du journal La Creuse Agricole n°2095 | juillet 2016

Dernier numéro
N° 2095 | juillet 2016

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui