La Creuse Agricole 24 janvier 2013 à 08h00 | Par Sophie Giraud-Chatenet

Contractualisation - « L'adhésion d'abord, les résultats ensuite »

Claude Bonnet, éleveur dans le Cantal, encourage les 390 producteurs de lait du Massif central livrant à Lactalis, à s'engager dans l'organisation de producteurs, seul cadre légal permettant de négocier avec l'entreprise.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Claude Bonnet préside l'association des producteurs de lait du Massif central livrant à Lactalis.
Claude Bonnet préside l'association des producteurs de lait du Massif central livrant à Lactalis. - © La Creuse agricole et rurale

De quelle manière a démarré la contractualisation avec l'entreprise Lactalis ?
Claude Bonnet : Quand la contractualisation a été mise en place, tous les présidents de groupements de producteurs de France ont été convoqués par la FNPL. Le choix a été fait de s'organiser en bassin laitier.


Au niveau du Massif central, les producteurs livrant à cette entreprise étaient-ils organisés ?
C.B. : Dans le Cantal, il existait, depuis 1978 le syndicat des producteurs de lait de la Châitaigneraie qui livre à Lactalis. Dans le Puy-de-Dôme, des petits groupements subsistaient. Le processus de la contractualisation a démarré en avril 2011 avec la réception des contrats par les producteurs. Ces derniers n'allaient pas. À ce moment là, nous nous sommes structurés en association des producteurs de lait du Massif central livrant à Lactalis. Au terme d'un an de négociation avec l'entreprise, nous avons aboutit à un contrat acceptable. La délégation continue de travailler avec Lactalis, mais en ayant un poids limité dans la mesure où nous ne sommes pas encore formalisé en organisation de producteurs.


C'est-à-dire, que vous manque-t-il pour le devenir ?
C.B. : L'adhésion des producteurs. Sur les 390 éleveurs livrant à Lactalis, aujourd'hui seul 140 d'entre eux ont adhéré à l'association de producteurs. Pour être reconnu en tant qu'organisation de producteurs, il faut atteindre le seuil de 200 producteurs ou en termes de litrage, obtenir 55 % des volumes livrés à l'entreprise. Nous allons y arriver, mais il faut bien que les producteurs mesurent l'enjeu.


[...]
La suite est à lire dans la Creuse agricole et rurale du 18 janvier 2012.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Creuse Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

La Creuse Agricole
La couverture du journal La Creuse Agricole n°2094 | juillet 2016

Dernier numéro
N° 2094 | juillet 2016

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui