La Creuse Agricole 27 juin 2017 à 08h00 | Par Claire THIERIOT

Chasseurs et agriculteurs œuvrent ensemble pour la biodiversité

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © CDA 23

La Fédération Départementale des Chasseurs de la Creuse a pour ambition de développer les aménagements et pratiques agricoles favorables à la petite faune sauvage et à la biodiversité. En partenariat avec le Conseil Régional de Nouvelle-Aquitaine, cette dernière expérimente un dispositif « Couverts cultures intermédiaires ». Il s’agit de financer la mise en place de cultures intermédiaires.
L’implantation de cultures intermédiaires pendant la période d’interculture* présente des intérêts environnementaux (protection des eaux contre les fuites de nitrates et des sols contre l’érosion) et agronomiques (restitution d’azote et d’autres éléments minéraux à la culture suivante, apport de matière organique, stimulation de l’activité biologique des sols, diversification de la rotation, rupture des cycles de maladies et de ravageurs, etc.) indéniables.
En automne-hiver, à une période de l’année où les couverts se font rares (céréales récoltées, cultures d’hiver peu développées), les intercultures présentent un fort intérêt pour la faune sauvage. Refuges pour la petite faune de plaine (perdrix, faisans, lièvres, alouettes) et sources alimentaires (végétaux, graines, nectar, pollen et insectes), elles sont aussi favorables aux insectes auxiliaires des cultures tels que les carabes ou les insectes pollinisateurs.
Après un travail conjoint entre les techniciens de la Chambre d’Agriculture de la Creuse et ceux de la Fédération des Chasseurs, le mélange proposé cette année est composé de 10 kg de vesce commune, 10 kg d’avoine diploïde, 2,5 kg de phacélie et 2,5 kg de moutarde blanche par hectare. Ce mélange, qui a déjà été testé, fonctionne très bien et apporte des bénéfices tant agronomiques que faunistiques.
Les crucifères comme la moutarde apportent au couvert un développement rapide, permettent de piéger les nitrates et ont un rôle important dans la structuration du sol. L’introduction d’avoine et de vesce apporte une véritable source d’alimentation pour la petite faune de plaine. En plus, la vesce a un intérêt particulier puisqu’elle est capable de piéger l’azote de l’air (fixation symbiotique) pour le rendre assimilable par les plantes. Enfin, la phacélie est appréciée pour son caractère mellifère qui la rend très attractive pour tous les insectes butineurs.
Concrètement, la Fédération des Chasseurs de la Creuse fournira aux agriculteurs qui le souhaitent la semence pour mettre en place des intercultures. En contrepartie, les agriculteurs s’engagent à ne pas détruire le couvert avant le 15 février. Ce dispositif, cofinancé par la Région Nouvelle-Aquitaine ainsi que par la  Fédération des chasseurs et ACCA ou Chasse privée concernée, est limitée à 10 hectares par agriculteur.
Pour tout renseignement, contacter la Fédération Départementale des Chasseurs de la Creuse, au 05 55 52 17 31 ou fdc23@wanadoo.fr.


*Une interculture est une période comprise entre deux cultures principales. Elle débute à la récolte de la culture précédente et se termine au semis de la culture suivante. Elle se positionne entre la fin de l’été et le début du printemps.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Creuse Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

La Creuse Agricole
La couverture du journal La Creuse Agricole n°2150 | septembre 2017

Dernier numéro
N° 2150 | septembre 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui