La Creuse Agricole 12 octobre 2015 à 08h00 | Par CDA 23

C'est le moment de refaire des stocks avec du méteil immature

Abonnez-vous Réagir Imprimer
À Boussac-Bourg, chaque année l'EARL SABARLY utilise du méteil d'hiver immature pour complémenter les jeunes reproducteurs Limousins.
À Boussac-Bourg, chaque année l'EARL SABARLY utilise du méteil d'hiver immature pour complémenter les jeunes reproducteurs Limousins. - © CDA 23

Le méteil d'hiver récolté immature est une solution très intéressante pour les éleveurs qui ont besoin de refaire des stocks suite à la sécheresse de cette année. Semé en octobre et récolté en mai, il précède une culture de printemps comme le maïs. Avec un rendement élevé et une conduite sans désherbage ni fongicide, le méteil immature mérite d'être utilisé dans de nombreuses exploitations creusoises.
Le mélange céréale/protéagineux se sème début octobre à 3 cm de profondeur. Contrairement à un méteil à récolter en grain, la proportion de protéagineux est importante dans le mélange car on recherche une population de 25 pieds par m² de protéagineux en sortie d'hiver. Les mélanges les mieux équilibrés testés dans le cadre du Programme Herbe et Fourrages étaient constitués de Triticale (63 kg) + avoine d'hiver (20 kg) + pois fourrager d'hiver (40 kg) + vesce commune (6,5 kg).
Une culture sans « phyto » et économe en azote, qui se conduit sans désherbant ni fongicide. Les besoins en apports azotés sont limités, un faible apport autour des 200 °C (base 1er janvier) conviendra (un seul apport de 30 à 50 unités d'azote) ; ainsi qu'un épandage de fumier avant implantation.
Une valeur alimentaire élevée si la récolte est précoce, comme la valeur azotée des protéagineux se situe dans l'ensemble de la plante, le signal de fauche est donné par la formation des premières gousses des pois. Si la culture est fauchée à 200 jours de végétation, l'éleveur va récolter un fourrage de haute valeur alimentaire début mai, avant les risques de verse. De plus, la récolte précoce autorise un semis de maïs de mi-mai.
Des coûts de revient modérés, en 2014 ils étaient estimés à 582 euros par hectare pour un rendement de 8 tonnes de Matière Sèche.
Pour en savoir plus, consultez la rubrique « publications » du site du Programme herbe et Fourrages www.herbe-fourrages-limousin.fr.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Creuse Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

La Creuse Agricole
La couverture du journal La Creuse Agricole n°2086 | mai 2016

Dernier numéro
N° 2086 | mai 2016

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS
Les brèves
Prochaine brève

6 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui