La Creuse Agricole 02 février 2012 à 08h46 | Par Aurélien LEGRAND et Dr Didier GUERIN

Boiteries des bovins - Le parage des bovins

Le parage constitue la première étape d'identification des causes des boiteries chez les bovins. Pour être pleinement efficace, il demande à être réalisé suffisamment tôt et en respectant une méthodologie.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
En dehors de toute boiterie, le parage orthopédique devrait être la règle sur l'ensemble des animaux présentant au moins un signe d'alerte : onglon déformé,  aplombs anormaux, dos courbé. Un inventaire est à réaliser sur l'ensemble du troupeau afin de programmer une intervention collective de parage préventif. Un pareur de Farago Creuse peut aider à la sélection des animaux nécessitant une intervention.
En dehors de toute boiterie, le parage orthopédique devrait être la règle sur l'ensemble des animaux présentant au moins un signe d'alerte : onglon déformé, aplombs anormaux, dos courbé. Un inventaire est à réaliser sur l'ensemble du troupeau afin de programmer une intervention collective de parage préventif. Un pareur de Farago Creuse peut aider à la sélection des animaux nécessitant une intervention. - © GDS Creuse

Les boiteries représentent la troisième pathologie des bovins. Elles induisent de lourdes pertes économiques : diminution de production, retard de croissance, reproduction retardée, frais vétérinaires, temps passés aux soins, réforme anticipée, etc. À titre d'exemple, un ulcère de la sole sur une vache laitière peut entrainer une perte globale de 300 à 600 euros. Dans 80% des troubles de l'appareil locomoteur, les affections du pied sont mises en évidence.

Savoir détecter les signes d'alerte rapidement en observant ses animaux
En amont, une modification des aplombs doit être un critère d'alerte. En effet, des membres postérieurs avec des jarrets resserrés et des pieds qui partent vers l'extérieur, des animaux qui se positionnent en écartant systématiquement les pieds, des déplacements avec un dos vouté, etc. sont à prendre en considération. Le pied du bovin est fragile, lors d'un dysfonctionnement, son état peut se dégrader rapidement, il est alors primordial de le repérer rapidement. Même si les animaux ne boitent pas encore, un lever de pied s'impose pour faire un état des lieux. Le signe le plus classiquement observé est la déformation des onglons. La période actuelle est particulièrement favorable pour recenser les animaux nécessitant une intervention et agir selon les besoins. De plus, le parage préventif permet de ne pas être confronté à l'urgence et de limiter les conséquences induites (pertes de production) par un animal qui boite. De manière générale, plus l'intervention est réalisée tôt, plus elle sera efficace.

[...]

La suite est à lire dans la Creuse agricole et rurale du 27 janvier 2012.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Creuse Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

La Creuse Agricole
La couverture du journal La Creuse Agricole n°2094 | juillet 2016

Dernier numéro
N° 2094 | juillet 2016

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui