La Creuse Agricole 21 février 2013 à 08h00 | Par Aurélien Legrand/Dr Didier Guérin

Boiteries des bovins - Gérer les boiteries pour «parer» aux pertes économiques

Le parage constitue la première étape d’identification des causes des boiteries chez les bovins. Pour être pleinement efficace, il demande à être réalisé tôt et en respectant une méthodologie.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le parage constitue une intervention demandant méthodologie et matériel adéquat. Farago Creuse met à votre disposition deux pareurs formés avec le matériel de contention adapté pour effectuer les parages et ainsi prévenir les boiteries des bovins.
Le parage constitue une intervention demandant méthodologie et matériel adéquat. Farago Creuse met à votre disposition deux pareurs formés avec le matériel de contention adapté pour effectuer les parages et ainsi prévenir les boiteries des bovins. - © GDS Creuse

Les boiteries représentent la troisième pathologie des bovins. Elles induisent de lourdes pertes économiques: diminution de production, retard de croissance, reproduction retardée, frais vétérinaires, temps passés aux soins, réforme anticipée… À titre d’exemple, un ulcère de la sole peut entraîner une perte globale de 300 à 600euros. Dans 80% des troubles de l’appareil locomoteur, les affections du pied sont mises en évidence.

Une observation du comportement des animaux pour repérer les signaux d’alerte et limiter l’impact des boiteries
La boiterie est le symptôme principal d’un trouble locomoteur. C’est un réflexe, une réponse de l’animal, qui a pour but de soulager la douleur ressentie. Toutefois, certaines lésions n’ont pas suffisamment d’incidence pour se répercuter sur la démarche et provoquer une boiterie. Les aplombs de la vache, sa posture, la courbe de son dos ou encore le soulagement sur le côté opposé à la douleur sont d’autres moyens de déceler un problème de pattes. Temps de repos, d’alimentation, d’abreuvement… représentent autant d’éléments de diagnostic. Observer pour détecter, puis soigner est la base de la prévention. Cet examen, en apportant un précieux éclairage sur la santé des animaux, peut prévenir un préjudice économique considérable.

Des atteintes infectieuses ou mécaniques, d’où l’importance de lever le pied avant tout traitement
Les boiteries sont liées à 90% à des maladies du pied: panaris interdigité, fourchet ou dermatite interdigitée, fourbure, maladie de Mortellaro ou dermatite digitée. Interviennent aussi cailloux, graviers, abcès de la sole, ulcères, cerises, etc. Face à toute boiterie ou tout signe d’alerte précurseur, avant tout traitement, le lever du pied est incontournable et sera effectué le plus précocement possible. Dans la grande majorité des cas, la solution passe par un bon parage fonctionnel, suivi éventuellement d’un parage curatif.

[...]
La suite est à lire dans la Creuse agricole et rurale du 15 février 2013.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Creuse Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

La Creuse Agricole
La couverture du journal La Creuse Agricole n°2086 | mai 2016

Dernier numéro
N° 2086 | mai 2016

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS
Les brèves
Prochaine brève

6 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui