La Creuse Agricole 09 juillet 2017 à 08h00 | Par MSA du Limousin

Conférences sur l’ambroisie à feuilles d’armoise

Échelon local des cantons de Châtelus-Malvaleix et Boussac, Chambon-sur-Voueize et Évaux-les-Bains, Bonnat et Dun-le-Palestel.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
L’une des conférences a eu lieu à Bonnat.
L’une des conférences a eu lieu à Bonnat. - © MSA du Limousin

Les élus MSA ont organisé en mai des réunions d’information, à Bétête, Bonnat et Saint-Julien-la-Génête pour faire découvrir l’ambroisie à feuille d’armoise, véritable fléau pour les cultures et la santé.
Depuis 2010, le Centre Permanent d’Initiatives pour l’Environnement (CPIE) des Pays Creusois travaille sur cette problématique qu’est l’ambroisie à feuille d’armoise sur l’ensemble du département.
Le docteur Razanamahery, allergologue, référent ambroisie sur le département, Amélie Bodin, chargée de mission au CPIE et Patrick Legoux, conseiller territorial à la Chambre d’Agriculture ont donné de leur temps pour expliquer ce qu’est l’ambroisie, comment la reconnaître, les enjeux sur les cultures et la santé, comment la détruire.
L’ambroisie à feuille d’armoise (Ambrosia artemisiifolia) est une plante exotique envahissante.
Elle a été introduite accidentellement dans les années 1860, dans le département de l’Allier, avec un lot de semences fourragères en provenance d’Amérique du Nord. Dans les années 1950, elle se déploie massivement sur les plaines céréalières de la Région Rhône-Alpes, par dispersion de ses graines et le transport de terres contaminées, utilisées lors des grands travaux d’aménagement du territoire.
Elle apprécie les terrains nus perturbés, les grèves et les friches herbacées. Cette espèce pionnière et opportuniste ne supporte pas la concurrence d’une végétation dense comme les prairies permanentes
Des inventaires ont été réalisés, et sa présence a été constatée sur tout le croissant nord de la Creuse (d’Auzances à La Souterraine avec des zones très envahies vers Évaux-les-Bains, Bétête et Bonnat.
Elle est hautement allergisante. Chaque année, l’ambroisie produit des milliers de grains de pollen allergisants pour 6 à 12 % de la population exposée, tous âges confondus. Les allergies provoquées par son pollen sont les plus tardives ; elles commencent en général vers la fin juillet et peuvent se prolonger jusqu’en octobre, avec un maximum d’intensité en septembre.
À noter qu’il suffit de 5 grains de pollen par mètre cube d’air pour que les symptômes apparaissent !
Les plus courants sont de même nature que le rhume des foins : rhinite, conjonctivite, urticaire, crise d’asthme, etc.
L’ambroisie est une plante annuelle invasive qui se développe dès le printemps dans les milieux à faible compétition. La lutte préventive est donc indispensable pour limiter son développement. La dissémination des graines étant assurée par l’activité humaine, il est nécessaire de nettoyer le matériel de récolte pour éviter les contaminations inter parcellaires.
Dans les cultures de printemps, le développement de l’ambroisie coïncide avec celui de la culture. Il est important de la repérer rapidement pour adapter sa stratégie de désherbage.
Plusieurs méthodes sont possible comme :
- Réduire le stock semencier de la parcelle avant le semis avec un faux semis : travail du sol superficiel, puis rouler pour retasser légèrement le sol ;
- Le déchaumage ;
- Le binage est une technique à intégrer dans la gestion de l’ambroisie. Pour les cultures sarclées, on obtient une bonne efficacité sur l’inter-rang ;
- Systèmes de culture associés à l’utilisation de couverts végétaux permanents.
Dans le cas de bords de parcelles non maîtrisés, il convient de broyer les premiers mètres pour éviter la dissémination du pollen et la production de semences, mais attention, une fois fauchée, la plante repart et est capable de produire des graines : il faut donc surveiller sa repousse et la faucher plusieurs fois.
Chaque fois, l’assistance a été très attentive et intéressée par le sujet. Les conférences se sont terminées par le pot de l’amitié, ce qui a permis de feuilleter l’herbier des plantes invasives amené par Amélie Bodin et de discuter avec les trois interlocuteurs.
http://www.ambroisie.info/pages/actu.htm
Contact en cas de doute ou de repérage : contact@cpiepayscreusois.com
Observatoire des Plantes Exotiques Envahissantes en Creuse : http://www.cpiepayscreusois.com/plantes_envahissantes

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Creuse Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

La Creuse Agricole
La couverture du journal La Creuse Agricole n°2144 | juillet 2017

Dernier numéro
N° 2144 | juillet 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS