La Creuse Agricole 20 septembre 2013 à 16h55 | Par A.M.

Aide engraissement - La FDSEA en procès contre l'État

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les dossiers ont été remis à M. Chocquet, préfet de la Creuse, et M. Kholler, directeur de la DDT. © La Creuse agricole et rurale Christian Arvis, président de la section bovine de la FDSEA a expliqué la démarche devant la préfecture. © La Creuse agricole et rurale

La décision du ministre de l'agriculture Stéphane Le Foll de ne pas mettre en oeuvre l'aide à l'engraissement en 2012 avait déjà suscité en son temps la colère des éleveurs creusois. Décidée à ne pas en rester là, la section bovine de la FDSEA a intenté un procès contre l'État en déposant 87 dossiers de recours gracieux à la préfecture avant d'engager une nouvelle procédure auprès du Tribunal Administratif de Limoges.
Rassemblés devant la préfecture de Guéret le 10 septembre dernier, une cinquantaine d'éleveurs sont venus dire au nouveau préfet de la Creuse, Christian Chocquet que « l'État doit respecter ses engagements, tout comme le font les agriculteurs lors de leurs diverses déclarations » a souligné le président de la section bovine, Christian Arvis. Cette aide de 8 millions d'euros obtenue lors de la révision de la PAC et promise par l'ancien ministre de l'agriculture Bruno Le Maire, puis totalement supprimée par l'actuel ministre avait déjà soulevé l'indignation des éleveurs. Le président de la section bovine de la FDSEA a rappelé devant Monsieur le préfet que « les éleveurs ont fait d'importants efforts pour contractualiser des animaux avec la filière et que ces efforts sont aujourd'hui complètement remis en cause, occasionnant une perte sèche de près d'un million d'euros pour la ferme Creuse. Les éleveurs se sont engagés c'est au tour de l'État de respecter les siens ! » a-t-il lancé au préfet.
Si près de 170 éleveurs avaient déposé un dossier à la Direction départementale des territoires pour 170 000 animaux en 2012, 87 d'entre eux ont engagé un recours représentant 8 456 animaux pour un montant de 507 000 euros.
« Cette décision remet en cause non seulement l'activité agricole, mais également celle de toute la filière » a déclaré Stéphane Moreau, le président de JA23, d'autant plus à l'heure où les effectifs du troupeau français sont à la baisse, provoquant la fermeture de nombreux abattoirs sur le territoire national et le mécontentement des abatteurs.
« Quoi qu'il en soit cette démarche engagée par la FDSEA n'en restera pas là » a souligné le président de la FDSEA Pascal Lerousseau qui entend poursuivre cette démarche.
Un message parfaitement entendu par le nouveau préfet qui s'est d'ores et déjà engagé à travailler sur ce dossier avec les organisations syndicales.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Creuse Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

La Creuse Agricole
La couverture du journal La Creuse Agricole n°2097 | août 2016

Dernier numéro
N° 2097 | août 2016

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui