La Creuse Agricole 01 octobre 2017 à 08h00 | Par A.M.

Agro-écologie : Des producteurs aux consommateurs

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AM

Organisé par l’association « Agriculteurs de Creuse en Marche » – sans lien apparent avec le mouvement politique – un séminaire de réflexion consacrée à l’agro-écologie, intitulée « du producteur au consommateur, l’agro-écologie un avenir », s’est déroulée du 21 au 23 septembre dernier à la Maison de l’Économie et sur le terrain au travers de plusieurs exploitations agricoles.
Étayé par des visites d’exploitations agricoles, des débats, des tables rondes et des conférences, ce séminaire très riche en termes d’échanges a suscité un véritable intérêt parmi les agriculteurs présents et les différents prestataires, d’autant plus dans un département où les pratiques agricoles et d’élevages extensifs sont déjà respectueuses de l’environnement. 
Ce séminaire conduit par son président Jean-Michel Bortheirie avait pour objectif de rappeler « les principes de l’agro-écologie et de trouver ensemble des pistes de travail  pour corriger les techniques de production et de commercialisation au bénéfice des consommateurs et des producteurs ». « Notre souhait est de rassembler les producteurs, les associations de consommateurs, les organisations professionnelles agricoles pour tisser ensemble des liens et échanger sur nos techniques ». « C’est aussi une façon de redynamiser nos territoires ».
Pour mener à bien ce séminaire, les organisateurs avaient fait appel à plusieurs intervenants parmi lesquels Patrick Salez, agro-économiste, enseignant aux facultés de Poitiers et de Clermont-Ferrand et spécialiste des questions agricoles.
Pour Patrick Salez, l’agro-écologie est une notion complexe et multidimensionnelle qui peut paraître abstraite aux non-initiés et est souvent confondue, à tort, avec l’agriculture biologique. Sans vouloir donner une définition précise qui serait forcément réductrice, l’agro-écologie peut se résumer à un concept qui relie l’agriculture, son milieu naturel et l’alimentation autour d’un projet politique et d’une démarche scientifique et pédagogique.

Un modèle agricole et un projet politique
Déjà apparue dans le monde scientifique américain dans les années 1930, avec pour finalité l’application des principes de l’écologie à l’agronomie et la valorisation des processus naturels à l’échelle de l’exploitation agricole, la notion a ensuite évolué vers des champs plus larges, des paysages et des systèmes alimentaires. Au fil du temps, l’agro-écologie s’inscrit dans les années 1970 en Amérique latine, dans un mouvement socio-politique radical fondé sur les mobilisations collectives et paysannerie du sud contre les modèles agricoles prônés par la révolution verte.
Dans l’espace européen, l’agro-écologie n’intervient que bien plus tard, lors de la réforme de la PAC en 2013 avec le verdissement des aides selon les principes de diversification, de maintien des prairies permanentes et les corridors écologiques.
En France, l’agro-écologie relève de l’agriculture durable en opposition au schéma agro-industriel et intensif. Pour qualifier ce nouveau schéma d’agriculture, elle va au-delà de l’agriculture conventionnelle, encore plus loin que l’agriculture raisonnée et encore davantage que l’agriculture biologique. En terme clair, c’est le plus propre des modes de production agricole. Un homme politique s’est emparé de ce schéma en la personne de Stéphane Le Foll qui à partir de 2012 l’a intégré dans la loi d’avenir agricole et de la forêt de 2014. La définition du modèle agro-écologique est désormais inscrite dans le code rural et encouragé par les Groupements d’intérêt économique et environnemental (GIEE).

Des principes et des enjeux
L’agro-écologie se distingue par plusieurs principes répondant à des enjeux sociétaux parmi lesquels la durabilité en termes de préservation d’éléments économiques sociaux et environnementaux, de sobriété avec la gestion des ressources, l’autonomie vis-à-vis des intrants, la résilience face aux aléas climatiques, économiques ou sanitaires et plus globalement, le principe d’une agriculture respectueuse de la planète, économe en ressources et intensive en termes d’emploi.
À l’heure où la production agricole est de plus en plus dictée par les choix des consommateurs, l’agro-écologie s’intègre aussi dans les systèmes alimentaires. Établir des contrats de filière réunissant, des producteurs, des transformateurs et des distributeurs sur des circuits courts, c’est aussi une forme d’agro-écologie.
Sur le plan strictement agricole, l’agro-écologie peut se définir comme « une combinaison de pratiques utilisant au maximum et valorisant les processus biologiques en opposition aux apports chimiques externes ». Ces pratiques agricoles doivent répondre à un double objectif, d’usage optimal des ressources sur la durée et de régulation du milieu dans toutes ses composantes : sol, eau, éléments organiques et minéraux…
L’agro-écologie est également un concept scientifique et pédagogique visant à produire, renouveler et diffuser les connaissances. L’approche sera forcément transdisciplinaire au carrefour de l’agronomie, de l’écologie et des sciences humaines.
Comme le rappelait Patrick Salez, « les agriculteurs creusois font déjà de l’agro-écologie sans le faire savoir ! ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Creuse Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

La Creuse Agricole
La couverture du journal La Creuse Agricole n°2152 | septembre 2017

Dernier numéro
N° 2152 | septembre 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui